Effet idéomoteur

Effet idéomoteur

Dans les spectacles de mentalisme, on prend conscience de l’ampleur des mécanismes de l’esprit, et de la complexité de leur fonctionnement. Qu’en est-il de l’effet idéomoteur ?

Qu’est-ce que l’effet idéomoteur ?

Effet idéomoteur mentaliste Lyon spectacle Geneve hypnotiseur BourgogneDans les faits, c’est un mouvement involontaire de nature musculaire, dont le sujet n’a pas du tout conscience. On peut donc aussi parler d’automatisme psychologique, notamment pour appuyer sur la nature mécanique d’un tel comportement. Plus important encore : l’effet idéomoteur peut avoir lieu au niveau groupal et individuel. C’est en 1852 que ce terme est employé pour la première fois pour désigner des gestes musculaires inconscients. (CF par William Carpenter).

Expliqués autrement, les effets idéomoteurs sont des phénomènes psychologiques durant lesquels un sujet réalise des mouvements musculaires inconscients. Les chercheurs ont attribué certains tours de mentalisme (ainsi que le ouija, la communication facilitée ou l’écriture automatique) à cet effet. Les spectacles de mentalismes peuvent donc en partie reposer sur ce principe.

Un phénomène associé au paranormal

Effet idéomoteur mentaliste Lyon spectacle Geneve hypnotiseur BourgogneCertaines personnes en viennent à associer l’effet idéomoteur à des phénomènes paranormaux ou des forces surnaturelles. De nombreux sujets peinent à reconnaître que certaines de leurs actions ne peuvent venir que d’elles-mêmes, simplement parce qu’elles n’en sont pas conscientes. Ainsi, lorsque des supports sont utilisés (à l’image de la baguette, de la planche de ouija ou du pendule), certaines personnes interprètent des signes de forces inconnues. L’origine de ces mouvements pourrait donc simplement résider dans l’effet idéomoteur.

Dans les écrits datant de 1852, l’effet idéomoteur est un mouvement secondaire à la pensée, et qui ne provient donc pas du cervelet. William Carpenter le considérait alors comme étant la troisième catégorie des comportements inconscients. Le mouvement idéomoteur est ainsi jugé comme prenant part au fonctionnement normal du corps. C’est comme le fait d’avaler ou de respirer. Il intègre donc tout simplement les réflexes moteurs.